Rechercher
  • Émilie

Fascination par C.M., une première enquête par É.B.

Mis à jour : 16 mai 2019




C'est toujours spécial d'acheter un lot d'objets, un peu à l'aveuglette, en se fiant sur ses expériences antécédentes, son "feeling" ou par impulsivité. On espère toujours trouver un objet rare qui a une valeur sous-estimée, et c'est très humain de vivre avec cet espoir-là, je crois. Quoi qu'il en soit, le verre soufflé, je n'ai pas appris ça à l'école. Travailler en brocante, ça arrive vite que tu en connais les grands noms, soit canadiens, italiens ou autre.

La signature, on cherche toujours une signature, une gravure ou un autocollant qui nous rassurera sur notre achat. Du moins, c'est ce que je fais, du haut de mes 6 mois d'expérience à temps plein.


Fascination. Par C.M. Tiens donc, c'est gravé sous cette énorme pièce en forme de bras élancés croisés vers le ciel. Ça ne me dit absolument rien, mais en même temps, on s'entend que j'ai tout à apprendre. C'est parti !


Étape 1.1 Fouiller le net. C'est pas une surprise que mon ordinateur me sauve la mise puisque le vieux brocanteur recourbé de savoir avec les lunettes qui lui pendent au bout du nez est un personnage fictif qui m'aurait été bien utile. Faute de quoi, je texte Google. Ça te dit quelque chose Fascination, toi? Non, rien ? Absolument rien ? Même pas si j'ajoute Chalet dans ma recherche ? Chalet, soit dit en passant, est une compagnie canadienne qui produisait du verre soufflé dans les années 1960. Depuis, c'est un des noms les plus populaires lorsqu'on parle de verre soufflé canadien. Si Chalet est prisé des collectionneurs, je ne cache certainement pas mon envie d'en avoir un dans les mains (un Chalet, pas un collectionneur).

Étape 1.2 À ce moment-ci, je suis semi-découragée, semi-pleine-d'espoir. Si je trouve rien, c'est soit rare, soit du n'importe quoi. Mais un verre soufflé signé, j'ai comme l'impression que ça ne peut pas être du n'importe quoi. Je me tourne donc vers la seule source que j'ai trouvé: une thèse de doctorat de 499 pages sur le verre d'art au Québec des années 60/70 écrit par Bruno Victor Andrus *la source se trouve ci-bas* Yay! Heureusement pour moi, j'adoooore lire des textes qui m'en apprend sur le sujet, mais aussi tout ce qui est connexe et ce, sur un nombre très élevé de pages. Après avoir feuilleté le texte, rien. RIEN? Come on!! Comment suis-je censé mettre un prix sur quelque chose qui n'existe techniquement pas ? Oui, je suis de cette génération où si ce n'est pas sur Internet (même pas dans une notice de livres), ça n'existe pas... Bon, ce n'est pas tout à fait vrai, j'ai trouvé UNE source qui nomme le verre soufflé Fascination, mais c'est comme si je cherchais des Louboutin et on me donnait des gougounes, genre. (Okay, pas tant que ça, mais quand même)


Courrier de Saint-Hyacinthe, 3 mai 1989, supplément publicitaire



"...j'ai trouvé UNE source qui nomme le verre soufflé Fascination, mais c'est comme si je cherchais des Louboutin et on me donnait des gougounes, genre."








Étape 2 Ce qu'on se rend compte assez vite, c'est que le travail des artisans au Québec, au Canada même, est très peu documenté. Et si c'est documenté, c'est bien caché. Exemple, un ouvrage de référence sur le verre soufflé Chalet, qui se trouve en un exemplaire dans un musée d'Ontario. Et ce n'est pas qu'un artisan, c'est une compagnie qui a marqué le paysage canadien. Même aujourd'hui, ce type d'objets ne laissent personne indifférent puisqu'il se trouvait chez telle tante, tel parent ou dans telle boutique vintage. C'est une partie de notre patrimoine qui est même boudée par Wikipédia. Pour en savoir davantage, il n'y a qu'une solution: approcher les connaisseurs.

Étape 2.1 Je dis que je n'ai rien trouvé sur internet, mais c'est un peu faux. Une personne cherche exactement ce que j'ai entre les mains. Fascination, par C.M. Voilà! Ça vaut quelque chose, c'est recherché... par une personne. Pourquoi ? No se. Pas le choix, je lui écris:

- Bonjour, pourquoi vous cherchez ceci, monsieur ?

- Parce que j'aime les formes de cette série, rien de particulier.


BOUHH. Ce monsieur ne peut pas que me répondre ça. Il y a forcément quelque chose qu'il ne me dit pas. En discutant davantage, il me demande bien évidemment si je possède une de ces pièces signées Fascination. Je lui envoie des images, tout en lui demandant ce qu'il pense de sa valeur potentielle. Demander à un vendeur potentiel la valeur d'un objet, c'est éthiquement discutable, je me dois de double check.

Étape 2.2 Il y a rien de trop beau pour mes recherches, allons directement à l'expertise suprême : une conservatrice de musée ! C'est sans grandes attentes que j'appelle pour m'informer sur ma pièce. Je reçois assez rapidement une réponse par courriel de la très gentille conservatrice qui me donne... malheureusement des informations que j'ai déjà amassé. Donc, rien sur la signature Fascination par C.M. De mon côté, je commence à être de plus en plus certaine que ce fameux C.M. veut dire Chalet Montréal.

Étape 2.3 Le temps passe, et je finis par prendre mon courage à deux mains et faire ce que je n'ai jamais osé faire :::::::::::::::: ÉCRIRE UNE PUBLICATION PUBLIQUE SUR UN GROUPE FACEBOOK.


Ya tu kekun icitte qui sait ce que sait que c'te fameux fascination-là plzzzz ??


Les groupes Facebook ça a de beau de créer des communautés de passionnés qui ne se connaîtraient pas dû à la distance. J'ai donc une dame qui me répond et qui m'aide au mieux de sa connaissance, tout en étant aussi dans la brume mystique de ce fameux verre soufflé pointant vers le ciel. Elle me dirige vers un groupe Facebook spécialisé dans le art glass. En même temps, j'apprends du premier monsieur que Fascination fût créé spécialement pour une boutique à Montréal d’où sa rareté... Yes! On arrive à quelque chose de plaisant là.


Finalement, finalement je n'ai rien de plus. En deux semaines, j'ai appris que peu de gens avaient des connaissances très poussées sur l'art du verre canadien, les compagnies, les événements qui ont pu avoir lieu, etc. Je continue certes mes recherches sur ma belle pièce et son passé, sachant qu'elle a été créée pour une boutique montréalaise et probablement par Chalet. Évidemment, je vous invite à m'écrire si vous avez de l'information supplémentaire. C'est aussi avec grand plaisir que je partagerai le fruit de mes recherches ultérieurement, en espérant participer à cette belle communauté de passionnés qui ont à cœur la conservation de notre patrimoine.


Vous avez un objet ancien ou vintage qui vous intrigue, un sujet qui vous stimule ? Partagez-le nous!


Lien pour la thèse : https://spectrum.library.concordia.ca/982558/1/Andrus_PhD_S2017.pdf


70 vues
  • Noir Facebook Icône
  • Black Instagram Icon
0